Everything, Everything – Nicola Yoon

everything,-everything-768339-250-400.jpg

Edition : Bayard Jeunesse

Prix :  16,90 €

Thèmes : Romance, Maladie, Famille.

Résumé : Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.
Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.
Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.


Salut tout le monde ! Je suis super excitée à l’idée de vous parler de ce roman donc je pense aller droit au but. Je m’excuse d’avance si cet article est trop court (ou trop long). Je n’avais jamais entendu parlé de ce livre et je ne l’avais même pas vu avant de fouiller dans les rayons de la fnac…
fèche chapitre
Soyons honnêtes… Cette couverture est canon et c’est un peu (beaucoup) pour celle-ci que je l’ai tiré de son étagère. Elle est simple et complexe à la fois, directe mais aussi mystérieuse. Elle fait rêver, nous intrigue et on le sais d’avance « Ce livre serait canon dans ma bibliothèque… ».
fleur paragraphe
Parlons d’abord de la quatrième de couverture : Un avis de Jennifer Niven auteure d’un roman que j’ai dévoré (Tous nos jours parfaits). Je me suis alors demandé « Cette histoire sera-t-elle aussi belle et tragique que Tous nos jours parfaits ? ». J’adore cette auteure et le fait qu’elle décrive ce roman de « puissant, déchirant et si prenant » m’a convaincu.
Ensuite, une fois dans la file d’attente de la fnac, je me suis mise à l’ouvrir et à le commencer (Avouez que vous le faite aussi !) et j’apprends donc que l’histoire parle d’une jeune fille, Madeline qui s’avère être une « enfant bulle ». Elle est allergique au monde et ne peut pas se permettre de sortir de chez elle. Une thématique que je n’avais jamais rencontré et qui me mit directement l’eau à la bouche !!!
fleur paragraphe

Les personnages sont si parfaits ! Qu’il s’agit de l’entourage de Madeline ou des nouveaux voisins, j’ai accroché complètement à tous ces caractères et Madeline… elle est spectaculaire et si inventive ! Elle partage la même passion que nous : La lecture. Le roman est truffé de réflexions et d’avis concernant ses lectures. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage masculin qui m’a charmé dès le début. Leurs échanges de mails et d’sms sont très diversifiants. Le message que Nicola Yoon nous fait passer est bouleversant et si simple que l’on l’oubli trop facilement :  « Le plus grand risque dans la vie, c’est de ne pas en prendre ». fleur paragrapheEn résumée, ce roman est un coup de coeur que j’ai finis en quelques heures tant j’ai été emportée par les évènements et les pensées de Madeline. Je ne pensais pas qu’il s’y passerait tant de chose et que cette fin arriverait de cette façon, avec ce genre de révélation. Everything, Everything, m’a fait rêver, prendre conscience de la vie, m’a fait pleurer, m’a étonné et m’a transcendé. Merci à Nicola Yoon, de m’avoir donné l’opportunité de voyager.
éléphant

Coup de coeur
5/5 

Publicités

La vérité sur Alice – Jennifer Mathieu

IMG_9783

Edition : Pocket Jeunesse

Prix : 16,90 €

Pages : 202

Thèmes : Harcèlement scolaire, amitié, drame.

Résumé : Alice Franklin a mauvaise réputation. Lors d’une soirée, elle aurait couché avec deux garçons et provoqué la mort accidentelle de l’un d’eux. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes du lycée.
Tout le monde a son avis sur Alice : son ancienne meilleure amie, l’entourage de la victime, son admirateur secret…

Au sujet d’Alice, chacun a sa vérité… Quelle sera la vôtre ?


 

Bonjour tout le monde !
Aujourd’hui je vous présente un nouveau livre au sujet très intéressant et dont on ne parlera jamais assez : le harcèlement. Je vous l’ai déjà surement dis mais j’aime particulièrement ce genre de roman. Dès qu’il est sujet de drame chez les adolescents, j’achète ! Peut être même trop puisque je me réoriente en psychologie du développement de l’enfance et de l’adolescence… Enfin, on est pas là pour parler de moi mais de ce chouette livre qui à rejoint ma bibliothèque.

fèche chapitreJe l’ai d’abord vu sur le net et faut dire, sa couverture est à tomber ! Les couleurs, la silhouette d’Alice, ses insultes écrites un peu partout… Oui, je suis complètement fan ! Ce roman rendra votre bibliothèque que plus belle !
Le résumé quant à lui est un peu trop détaillée à mon gout. On sait dès le départ qu’une rumeur court, qu’elle aurait coucher avec deux garçons à une soirée, que l’un d’eux serait mort… Laissez nous réfléchir et imaginer, non ?!
fleur paragraphe

Ce roman est particulier parce que nous suivons le point de vu de beaucoup de personnages différents (amis ou pas d’Alice) sauf celui de la principale concernée. Même si cette idée est un peu crispante parce qu’on aimerait savoir ce qu’elle en pense, elle, j’ai trouvé la démarche superbe ! Kurt est mon personnage préféré (C’est tout à fait normal mais je le souligne quand même), j’aime énormément sa façon de penser et d’agir. Les autres m’ont tous irrités ! Ce système d’écriture est très intéressante puisqu’on peut survoler tous les personnages au fil des pages, comprendre ce qui les pousse à agir ainsi, leurs motivations. Cela laisse aussi un certain suspens jusqu’à la fin puisqu’on veut savoir ce qu’il s’est réellement passé à cette fichu soirée !fleur paragraphe

Il faut savoir que cette lecture est conseillée au adolescent de 15 ans environ donc ne vous attendez pas à de la grande littérature. Ce roman se lit très vite et sans difficulté. Ça fait du bien de temps en temps ! Jennifer Mathieu s’adresse donc à un public plutôt jeune et j’ai aimé la voir nous inculquer cette « leçon de vie ».
Ce qui est génial c’est qu’il n’y a pas que le sujet du harcèlement dans La vérité sur Alice mais aussi plein d’autre thème abordé comme la religion, l’avortement, les premières relations sexuelles, l’alcool et d’autres que je vous laisserais découvrir en le lisant.

éléphantPour conclure je dirais que ce roman vise un public plus jeune que moi (19 ans), pour faire prendre conscience de ce dont les autres sont capables, qu’il faut faire attention à ce que l’on fait (dans le sens : agir pour soit, pas pour les autres) et que même à mon âge (J’ai l’impression d’être vieille en disant ça alors que pas du tout…) je me suis sentis concernée. Le harcèlement, la méchanceté gratuite et la discrimination n’a pas d’âge ni de lieu d’exercice, tout le monde est concerné.

4/5 

J’étais là – Gayle Forman

12637106_648830721926055_1026016414_o

Edition : Hachette Romans 

Prix : 17€

Pages : 355

Thèmes : Romance, Adolescents, Drame.

Résumé : Quand j’ai appris la mort de Meg, j’ai cru qu’elle me faisait une blague. Une de celles dont elle avait le secret.
Elle avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu’il faudrait faire de ses biens. Et même ce fichu mail, envoyé en différé, annonçant qu’elle en finissait avec la vie.
Ensuite, il a fallu affronter la pitié des habitants de Plouc-la-ville. Faire face aux questions que je lisais sur tous les visages.
Oui, Meg était ma meilleure amie.
Non, je n’était pas au courant.
Pourquoi ne m’avait-elle rien dit? Elle avait eu besoin de moi, et je n’avais pas été à la hauteur.
Pourtant, j’étais là.


Bonjour à tous, aujourd’hui c’est avec un thème grave et poignant que je viens vous présenter un petit coup de coeur. Un coup de coeur parce que la thématique de base de ce roman est très dure à manier et Gayle Forman l’a fait avec perfection mais petit parce que j’ai n’ai pas eu toutes les réponses que j’attendais. Aujourd’hui, je vous parle suicide avec J’étais là.fèche chapitreIl faut dire que ce roman s’est retrouvé dans mes mains en premier lieu grâce à sa superbe couverture. J’adore ce style l’illustration de photo qui donne quelque chose de super personnel et particulier au livre. Ensuite j’ai lu le titre et j’ai tout de suite penser à Si je reste. En regardant le nom de l’auteur j’ai souris, j’avais deviné de qui était ce roman. Tout y était pour que je l’achète. Dans les rayons du centre commercial je me suis alors mise à lire le résumé et la BIM. Il traite l’histoire d’une jeune fille suicidée. fleur paragraphe

Meg est morte et on ne sait pas pourquoi. Cody, sa meilleure amie est perturbée par cette perte. On la suit donc en découvrant ses souvenirs, ses pensées, ses tracas mais aussi ses questionnements et ses craintes. La plume de Gayle Forman est incroyablement douce et facile à lire. J’en avais fini après une petite après midi. Ce n’est serte pas un sujet très joyeux mais il m’est arrivé de sourire en découvrant qui était Meg avant sa mort. J’aurais pus être amie avec cette fille... Le rythme de l’intrigue est peut être un peu trop lente à mon gout, parfois il ne se passait rien. Heureusement, les personnages étaient plutôt intrigants et intéressants. L’auteure m’a mené jusqu’à la fin avec cette boule d’angoisse, de tristesse et de curiosité je pense. Je voulais savoir pourquoi Meg était morte, je devais savoir. 

fleur paragraphe

Je n’ai pas tant que ça accroché à Cody, malheureusement c’est elle le personnage principal. Ben et tous les anciens amis de Meg m’ont beaucoup plus plus. Le plus touchant reste le petit frère de la défunte. Je me suis imaginé mon propre frère et les larmes ont coulé automatiquement. J’étais là est un roman poignant, triste mais aussi dénonciateur d’une population dangereuse si peu pointé du doit aujourd’hui. On aborde le sujet d’internet et de ses dangers. J’ai aimé voir ce point là enfin dénoncé. Internet est vaste et dangereux on ne sait pas qui s’y cache. J’étais là m’a fait comprendre que même si internet et ses utilisateurs sont une menace, le plus dangereux reste notre propre personne. Nous allons tous les jours sur internet et discutons avec nos amis ou de parfaits inconnus, c’est nous qui décidons de nous livrer à eux. Nous avons le pouvoir d’arrêter cet échange. Meg était fragile et n’a pas eu ce courage, elle était un danger pour elle même.

éléphant

En résumé, J’étais là m’a fait passé un bon moment de lecture mais m’a surtout fait beaucoup réfléchir. Ce genre de roman sont bien trop rare ces temps-ci. Je vous le conseil si vous aimé le genre. Gayle Forman nous prouve encore ses talents d’écrivaine. 

4,5/5

Le vide de nos coeurs – Jasmine Warga

le-vide-de-nos-c-urs-605553-250-400Thèmes :Suicide, Pacte, Sentiments de rejet, Folie, Meurtre.
Prix :17,00e
Résumé : Aysel a pris sa décision: elle doit disparaître. Depuis que son père a provoqué l’accident fatal qui a marqué sa petit ville à jamais, la vie est devenue trop difficile à supporter.Cependant, elle n’est pas sûre d’avoir le courage d’y arriver seule. C’est alors qu’elle découvre Smooth Passages, un site qui lui permettra de trouver un compagnon pour oser sauter le pas. Elle choisit FrozenRobot, alias Roman, lui aussi victime d’une tragédie familiale.
Aysel et Roman n’ont rien en commun, mais il commencent à s’apprivoiser petit à petit. Lorsque la date fatidique approche, Aysel se pose des questions. Méritent-ils de s’infliger un tel sort quand l’amour semble pouvoir guérir les blessures les plus profondes? Et comment convaincre Roman, dont le coeur est vide depuis trop longtemps?


Bien le bonjour à tout les lecteurs du blog, aujourd’hui je reviens pour la première fois après mes partiels. Oui ça fait presque un mois qu’ils sont finis mais je suis encore à les fêter. Entre temps j’ai lu pas mal de livre qu’il faut que je vous parle. Cet article concerne Le vide de nos cœurs que j’ai aperçu dans mon centre commercial. J’avoue que c’est la couverture qui m’a attiré en premier lieu. Je la trouve toute mignonne et douce. Quand j’ai lu le résumé je me suis dis que c’était paradoxale avec le thème de l’histoire qui je ne vous le cache pas est le suicide, un sujet très lourd et difficile à aborder. J’ai alors été très intriguée de savoir comment Jasmine W comptait nous apporter ce sujet tabou dans son roman. Et hop, il était dans mon cadis.

 fèche chapitre

Pour résumé encore plus rapidement que celui plus haut, Aysel est une jeune fille qui porte une grosse valise de problème causé par la réputation de son père. Un jour elle rencontre FrozenRobot, son partenaire de suicide. Ces deux là ne savent plus vivre et veulent simplement en finir. Au fil des pages on apprend à connaitre ses deux personnages et c’est un vrai délice. Aysel est intelligente et pleine d’humour. Même si ces blagues sont aussi bonnes que les miennes, j’ai à de nombreuse fois souri devant ses répliques. FrozeRobot est cassé et touchant. Il ne m’inspirait pas de la pitié mais plutôt de la compassion. Ils ne s’entendent pas toujours parfaitement mais quel plaisir de les avoir ensemble dans un chapitre!

fleur paragraphe

L’écriture et simple et on peut ainsi s’identifier aux personnages plus facilement. J’ai passé un très bon moment même si parfois je me sentais vraiment triste de ce qui leur était arrivé. Je ne pense pas qu’il s’agisse là d’un grand chef-d’œuvre de la thématique du suicide parce qu’on ne sait pas réellement pourquoi ils n’ont que cette solution. Néanmoins il faut dire que l’auteur a sut prendre de bonne épincette pour manier le sujet et qu’en aucun cas on sent qu’elle en fait trop ou pas assez.

fleur paragraphe

Je ne peux pas parler de ce livre sans donner mon avis sur le suicide. C’est tabou je sais mais je ne me vois pas me taire et dire d’aller lire ce livre pour comprendre ce qu’est en réalité cet acte de dernier recourt. J’ai pendant mes trois années de lycée occupé un blog d’aide aux personnes dépressives et  je ne dirais jamais que j’étais une pro, que je suis bon dans ce domaine et que j’ai des solutions magiques. Je ne donnais pas de réponse, j’étais simplement là. J’écoutais. Avoir quelqu’un qui nous écoute (ou nous lit) sans nous juger est déjà un bon début. Avec la fac, je ne peux plus m’en occuper et quand j’ai signalé mon départ, de nombreuse personnes m’ont remercier d’avoir été là, d’avoir juste parler. Donc comme le dit également Jasmine, il faut en parler, c’est le seul moyen de s’en sortir.

fleur paragraphe

J’aime beaucoup lire des livres qui parlent des suicides, de l’anorexie, de l’obésité, du mal être en général parce qu’au final on comprend un peu plus les autres, on est moins sujet à se moquer à tirer de mauvais jugement de ce que peut être ou fait autrui. Le vide de nos coeurs en est un bon exemple.

4/5